Serial photographe (1)

Classé dans : Réflexions, Série | 8

Le temps est venu de vous proposer une première incursion sur le site La Ligne Claire rajeuni et modernisé cette année.

En effet la partie blog s’est achevé faute de sujet vraiment pertinent et surtout par la volonté de travailler sur du temps plus long pour élaborer un travail plus cohérent et personnel sous forme de séries photographiques.

Pour approfondir cette notion de série qui est incontournable en photographie je vous renvoie sur l’article de Laurent Breillat pour le côté pratique dans son site apprendre la photo et sur l’excellent article du garage photographie.

Le site présente dorénavant dans sa partie supérieure un accès direct sur ces séries photographiques accessibles en cliquant sur le « titre » de la photo.

En dessous un bandeau déroulant permet d’accéder rapidement à chacune des séries.

Toujours sur la page d’accueil en descendant sont regroupées ce que j’ai appelé les « Chroniques urbaines » des déambulations photographiques réelles ou imaginaires.

Plus bas la série « Lieux incertains » photos « paysagères » en mode portrait d’environnements urbains délaissés, incongrus, des lieux incertains mais néanmoins poétiques. Cette série au long cours s’étalera sur du temps long au gré de mes errements.

Enfin à l’instar des 36 vues du Mont Fuji (qui sont 46) je me lance dans mes 36 vues (qui sont 6 pour le moment) de notre Mont Fuji parisien.

L’ancien monde du site est accessible dans le bandeau inférieur de la page d’accueil par thèmes.

Aujourd’hui je voudrais vous présenter l’une de ces séries dénommée Genre Humain (cliquez sur ce lien pour y avoir accès et ensuite sur les photos pour les ouvrir complètement).

Un parcours temporel des différents ages de la vie, suite de séquences autour du couple. Je pense qu’elle est complète; ces photos se sont échelonnées sur deux ans et demi et pour moi c’est la première que je considère comme probablement achevée. Une autre légèrement différente lui succédera.

Je vous présenterai ultérieurement les autres séries qui seront plus évolutives au fil du temps. Celle-ci présentant je pense une cohérence forte avec un début et une fin.

N’hésitez pas à laisser vos impressions, vos interrogations, vos critiques et vos remarques.

PS : pour celles et ceux qui passeraient par Arles cet été les rencontres photographiques mettent en avant le photographe William Wegman, un petit hommage personnel :

8 Responses

  1. Esther Fr

    Bravo, sacré boulot, cette remise en forme ! merci pour le lien vers garage photographie, l’article est très intéressant (dommage qu’avec l’image de fond, il soit moins lisible…)
    Une série complète, c’est l’oeuvre de la maturité 😉 les juxtapositions des couples et des paires avec les intitulés des affiches ou des boutiques sont comme toujours bien trouvées, et le sujet cohérent. C’est ce que je trouve le plus difficile dans une série, le fil conducteur. Pas trop évident pour ne pas lasser, ou pour que les photos ne se ressemblent pas trop, mais en même temps assez clair pour attirer l’attention… La photo couleur en plein milieu, c’est pour casser le rythme ?
    Sinon, j’apprécie forcément la photo hommage à Wegman 🙂

    • Amor

      Merci Esther.
      Prendre son temps est un des aspects du travail photo finalement le plus délicat, quand on estime avoir réussi une ou plusieurs photos, la tentation est grande de s’estimer satisfait. Mais non, il faut laisser décanter, maturer, revenir en arrière, et plus tard bien plus tard se replonger dedans pour voir si c’est assez charpenté pour tenir la distance.
      La couleur ou le N&B je ne pose plus trop la question, je pense qu’on est à une époque où les deux peuvent cohabiter et se répondre,se contredire ou se renforcer.

  2. Pascal

    Comme pour les comic street, la série genre humain est très aboutie. Cela valait le coup d’attendre ton Retour.
    Merci pour le lien.. par contre j’aura Une question : la série en photo est-ce une tendance ?a t-elle été un effet de mode? Cela veut-il dire aussi qu’une exposition photo de rue doit comporter de préférence une série cohérente et non une histoire.?
    Je suis perdu help me

    • Amor

      Qu’est ce qu’une série en photo : tout simplement un ensemble cohérent de plusieurs photos.

      En photo cette notion s’est plus particulièrement imposée bien qu’elle existe aussi en littérature, en télévision, en peinture, dans les arts plastiques etc. Elle remonte assez loin je pense Walker Evans travaillait sur les séries dans les années 30, mais je pense que cela remonte beaucoup plus loin. J’avais vu une expo très impressionnant de Karl Blossfeld qui avait photographié dans les années 30, en macro des bourgeons, des plantes.

      Comme dans les autres arts une photo isolée peut parfaitement survivre seule si elle a un sujet fort, une présence, une composition c’est souvent le cas chez Cartier Bresson et d’autres. Elle va dire tout ce qu’elle a dire, point ; des photos d’actualité également vont quand elles sont bonnes résumer à elles seules un sujet, un propos, un événement.

      Dans ma série Genre Humain les photos existent aussi individuellement, une photo de rue si elle est dit quelque chose, avec sa composition son sujet peut se suffire ; par contre d’autres sujets ne prendront pleinement leur sens que par leur mise en relation avec d’autres ou par une accumulation qui va faire sens. Tu as de nombreux exemples avec les photos des Becher sur les châteaux d’eau ou sur les les chevalements de mines, August Sander quand il photographie les métiers, etc…

      Araki lui a fait également des sortes de séries mais on se rapproche là du récit photographiques notamment avec sa femme jusqu’à son décès puis il photographie son absence ; par exemple la chambre vide une photo qui toute seule ne raconte rien mais qui prend un charge émotionnelle importante quand on vu les photos précédentes.

      Une série peut raconter une histoire ou pas, une photo peut exister seule ou pas, c’est à toi de voir ce que tu veux raconter et comment.

  3. Anne LANDOIS-FAVRET

    Salut Amor et bon retour !
    Tu as raison, il est toujours bon de faire une pause, le point et dégager l’essentiel, se recentrer.
    Ta série photo est intéressante, On retrouve ton style. On y voit des scènes un coup cocasse ou sortant de l’ordinaire et de l’ordinaire. Il y a des couples, il y a autre chose. Peut-être que tu ratisses un peu large, mais c’est ta première série, il faut que ça se forge encore plus. Le titre est également assez généraliste mais on comprend donc parfaitement de quoi tu parles. Mention spéciale pour la dernière avec les 2 mamies et l’affiche « c’est bon de vieillir », très bien vu ! 🙂

    • Amor

      Bonsoir Anne.
      Merci pour ton commentaire. C’est toujours intéressant d’avoir un regard extérieur à soi qui permet de voir comment est ressentie la série, si elle fonctionne, si elle atteint son but. Le titre est assez généraliste car je voulais ne pas trop réduire le champ des possibles en mettant un titre ou des explications trop précises qui auraient trop restreint l’imagination des visiteurs.

  4. Delphine

    Bonjour Amor
    Cela fait un petit moment que j’avais lu ton article mais je n’avais pas pris le temps de te donner mon impression. Je fais un petit ménage dans mes mails et je suis donc de retour sur ton site nouvelle version. D’abord bravo car je sais que c’est un travail de titan, chronophage à souhait, et là ton résultat vaut le prix de tes efforts 🙂
    Je me suis délectée de cette série « Genre Humain » J’aime ton œil pointu et sur ce sujet tu es à l’évidence en complète maitrise. J’adore la photo sur le pont avec le couple qui semble se disputer.
    J’aime beaucoup aussi « Station Adam et Eve ». Néanmoins, c’est la seule photo en couleurs dans une série en N&B et il me semble que cela casse un peu la cohérence de l’ensemble.
    Mais peut-être l’as-tu voulu justement ?

    • Amor

      Bonsoir Delphine.
      Cela a été effectivement assez long et compliqué, du coup j’ai un peu soufflé depuis. Merci pour ton commentaire, je suis content que tu ais apprécié. Pour info, le couple se dispute vraiment, c’est la vie. Comme Esther tu as remarqué la photo couleur Station Adam et Eve qui coupe la série en deux. Elle est en couleur pour deux raisons, parce qu’elle est centrale à la fois dans le nombre de photo et également dans la vie, elle coupe le rythme (dans l’histoire elle est la bascule) et en plus elle fonctionnait bien mieux en couleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *