La rue est sourire

Dans Paris, Wikipédia nous dit qu’il y avait, en 2012, 6 290 voies publiques ou privées, dans ce nombre énorme il y a de quoi faire de la photo de rue. Combien de rues ai-je parcourues, je ne sais, un très grand nombre. J’ai l’impression visuelle d’en avoir « fait » au moins la moitié ce qui représenterait au bas mot 3000 rues. Je ne vais pas vous les recenser rassurez-vous mais il est souvent tentant de vouloir associer un nom de rue avec une photo en rapport avec ce nom. La pupart du temps j’essaie de faire sourire avec ces raccourcis.

Parmi les photos déjà dans ma galerie Flickr j’avais utilisé la rue des Mauvais Garçons, la rue de L’Equerre, le passage du Caire, la rue de la Présentation, la rue des Solitaires.

Au programme aujourd’hui donc la rue des Vertus qui se situe près du premier quartier asiatique de Paris ; ce nom viendrait soit d’une origine religieuse en relation avec la vertu (Notre Dame des Vertus)  ou plus prosaïquement de l’absence de celle-ci. Deux versions une noir et blanc plus ancienne et prise à la volée et une couleur.

Pour rester dans la religion, une rue qui interpelle c’est la rue Dieu; oui Dieu à sa rue dans Paris. Un illustre inconnu puisqu’il s’agit en réalité du général Charles-Prosper Dieu, mort des suites de ses blessures à la bataille de Solferino. Dieu est donc mort ce qui est obligatoire pour avoir une rue à son nom à Paris. Si sur certaines plaques cette mention figure sur d’autres Dieu est seul. C’est pourquoi il propose un parking à louer pour avoir de la visite.

Cette rue donne sur le Canal Saint Martin, un bel endroit charmant, mais pas toujours facile à prendre en photo, cette rue Dieu m’a inspiré pour prendre une apparition.

Toujours avec le créateur mais cette fois-ci avec une « publicité » devant l’église Saint Germain des Prés, un vrai créateur de joie.

Pas loin de la rue de Rivoli existe une rue des Deux Boules, sujet épineux, dont l’origine du nom semble mystérieuse. Une rue à ne pas laisser passer, un passant adéquat y téléphonait, une photo plus grave avec les affiches de l’association  Aurore qui lutte contre l’exclusion.

D’autres noms permettent  moins de rire, Rivoli, mais la situation peut le faire.

 

Sinon un titre suggestif, un peu d’imagination, un cadrage un peu décalé, et cela peut être drôle.

Et si les passants veulent bien y mettre du leur l’affaire est dans le sac.

 

 

Reste en projet la rue du Saint Esprit, la rue de l’Echelle que mon ami photographe Pascal m’a soufflé lorsque nous nous sommes rencontrés, la rue Vide Gousset, la rue Bleue, et bien d’autres…

Comments are closed.