N&B ou couleur

Noir et blanc ou couleur. Les deux mon général.

La technologie numérique a libéré le photographe du choix de sa pellicule avant la prise de vue. A moins de partir avec deux boitiers le photographe argentique devait faire un choix à priori, maintenant notre choix se fait à postériori au post-traitement.

Même si on peut penser que dans certains cas on va effectuer une sortie photo couleur (je vais au cirque, je cherche du mobilier urbain jaune…) ou noir et blanc (je vais dans les catacombes brrr…), ce n’est jamais le cas dans mes photos de rue. Les deux types de photos seront au rendez-vous.

A mes débuts, tel un innocent avec son nouveau jouet, occupé par les réglages, les boutons de mon FUJI X E1, les situations à capturer, le stress de la prise de vue ces considérations de noir et blanc ne m’effleuraient même pas l’esprit.

Mes premières photos de rue étaient en couleur en sortant de l’appareil et le demeuraient après.

Deux « vieilles photos » de février 2014.

Peu de temps après cependant, la question s’est posée je l’ai réglé de manière pragmatique sans trop me poser de question,

Ici le noir et blanc va bien, il souligne des lignes, des ombres ou un graphisme, des contrastes forts. Ma première noir et blanc :

Dorénavant je choisis le noir et blanc de manière plus instinctive Le noir et blanc ici isole le sujet et le mettre en valeur.

Sur d’autres photos la couleur est signifiante, elle donne directement du sens. Ici cette boutique rouge avec son vendeur à l’unisson et ces éléments verts, là un parapluie ou encore une fresque :

Des hommes haut en couleurs :

Une photo sans intérêt sans couleur :

La plupart du temps au post-traitement, le choix s’impose rapidement selon les teintes, la lumière, les ombres ou si un élément coloré est perturbateur.

Ici (un sourire causé par un défilé de Krishna) un fond rouge lumineux dans la boutique a été l’élément déterminant du choix du noir et blanc :

Mais peut-on ou doit-on anticiper à la prise de vue dans des environnements urbains « riches » si on fera un noir et blanc ou pas ? Pour moi de manière générale non.

En photo de rue, à la prise de vue l’œil envoie au cerveau la totalité de l’image ; mais en fait « l’esprit du photographe » ne va se focaliser que sur certains éléments, il ne dispose pas de temps pour envisager le reste. Il ne va voir qu’une partie. Si en plus on doit s’occuper des teintes de couleur, « l’instant idéal » est passé.

On n’est pas devant le Mont Saint Michel à peaufiner le cadrage. Ici dans un endroit hyper fréquenté un cadrage court sur tête.

Dans certains cas des éléments perturbateurs vont s’inviter. Quelquefois un léger recadrage suffit à enlever un morceau de voiture dans un coin ou un bout de poubelle. Ici un bras a été escamoté à gauche.

Mais quand on a un beau panneau sens interdit bien rouge et bien centré, la solution passe par le noir et blanc. Pour moi pas question « d’effacer » des éléments indésirables. Ici une publicité un peu trop présente en arrière plan.

Il existe aussi des photos qui fonctionnent aussi bien en noir et blanc qu’en couleur.

Pas simple que fait-on ?

Des fois je n’arrive pas à trancher, avez-vous un avis ?

Et que font les autres photographes ? A suivre…

Comments are closed.